Sapin de Noël, naturel ou artificiel?

  • On 6 décembre 2018

Quoi de mieux que des sapins de Noël artificiels? Ils ne perdent pas leurs épines et demeurent d’un vert éclatant durant toute la période des fêtes. En plus, nous pouvons l’utiliser année après année et évitons ainsi de couper des arbres dans la nature. À première vue, il semble s’agir d’une belle option pour réduire son empreinte environnementale. En réalité, pas vraiment!

 

La réponse par l’analyse du cycle de vie

Pour connaître la vraie réponse derrière la question du titre de cet article, il faut avoir une vision globale du produit, autrement dit, considérer l’ensemble de son cycle de vie. Et pour ce faire, nous devons nous tourner vers l’analyse du cycle de vie.

Cette analyse est une méthode d’évaluation du bilan environnemental d’un produit afin de connaître ses impacts environnementaux à toutes les étapes de sa vie, soit l’extraction de ses matières premières, sa fabrication, son utilisation et, finalement, son traitement en fin de vie.

En effectuant l’exercice sur deux produits similaires ayant une même fonction, par exemple un sapin de Noël naturel et un artificiel, nous pouvons comparer les impacts afin de connaitre celui qui présente la meilleure option sur le plan environnemental.

Il y a une entreprise québécoise de services-conseils en développement durable, Ellipsos (maintenant Ellio), ayant justement réalisé une analyse du cycle de vie à propos des sapins de Noël. L’étude a été effectuée en considérant que le sapin naturel a été produit à 150 km du lieu de vente et que celui-ci est renouvelé chaque année, tandis que le sapin synthétique a été produit en Chine et conservé sur 6 ans. Il s’agit ici de la durée moyenne en Amérique du Nord.

 

Lequel choisir?

Il faut prendre en compte que le sapin naturel est biodégradable et qu’il emmagasine du dioxyde de carbone (CO2), un gaz à effet de serre contribuant aux changements climatiques, lors de sa croissance. Les sapins synthétiques, eux, sont constitués de matières plastiques à base de pétrole, souvent du PVC, et de métaux, des ressources non renouvelables. La très grande majorité de ces arbres artificiels sont fabriqués en Asie.

Dans ce contexte, l’analyse du cycle de vie a été exécutée et, rien n’est noir ou blanc selon des critères évalués. Pour le critère de la santé humaine, ni l’arbre naturel ni l’arbre artificiel, ne réussit à sortir son épingle du jeu. Selon l’étude, l’impact sur ce point est à peu près équivalent.

Sur le critère des écosystèmes et de l’occupation des terres, le sapin en plastique est le grand victorieux. L’impact est quatre fois moins important que l’arbre naturel. Ce constat vient du fait que l’arbre en plastique est fabriqué dans une usine en milieu urbain, alors que l’arbre naturel est souvent cultivé en champ demandant une certaine superficie.

Par contre, le sapin naturel n’a pas dit son dernier mot, notamment sur les critères de l’utilisation des ressources et des conséquences sur le climat. L’arbre artificiel a un impact trois fois plus important que son homologue naturel sur ces sujets, principalement dû à la phase de fabrication.

Globalement, en considérant les critères ci-dessus, il faudrait conserver et utiliser, année après année, le même arbre artificiel durant plus de 20 ans pour que celui-ci ait un moindre impact environnemental que l’arbre naturel. Sans compter qu’un arbre naturel peut avoir une deuxième vie en étant transformé en copeaux de bois ou en compost.

Bref, sapin de Noël naturel ou artificiel? À moins de conserver son arbre synthétique plus de 20 ans qui, disons-le, est plutôt exceptionnel, il est préférable de choisir l’option du sapin naturel. En plus, nous avons plusieurs producteurs d’arbres de Noël naturel dans nos régions de l’Est-du-Québec. En achetant un arbre naturel localement, nous faisons d’une pierre deux coups, en ayant une empreinte environnementale moins élevée et en encourageant nos économies régionales.

 

Réduire encore plus son impact environnemental

Au-delà du choix entre un sapin naturel ou artificiel, il y a plusieurs alternatives pour réduire encore plus son impact environnemental à ce niveau. La meilleure de celles-ci est de n’avoir aucun arbre de Noël. Simple et efficace. Si cette option ne vous plaît guère et souhaitez garder un minimum de magie des fêtes, vous pouvez y aller de votre créativité. Une montagne de vos livres enguirlandée de lumières, votre plante verte agrémentée de décorations, un sapin fabriqué à partir de matériaux récupérés, les idées n’ont que pour seule limite votre imagination! À vous de choisir!

Sur ce, Cotnoir Consultation vous souhaite un joyeux temps des fêtes!

 

Google Images